Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bilan de mon cheminement à l'ENAP

Arrivant en fin de parcours universitaires, après plus de 7 ans à la maitrise à temps partiel, 9 ans au baccalauréat et des essaient dans de nombreux programmes entre les deux, un temps d’arrêt s’impose pour faire un bilan de mon expérience universitaire.
Étant un jeune cadre travaillant depuis plus de 17 ans dans le milieu de la sécurité publique et qui effectuai travail très technique avant d’être promu en gestion, je me suis rapidement mis à la recherche de manière de bonifier mes compétences de gestions dès ma promotion. Puisqu’aucun programme de développement des cadres n’existait dans mon organisation, je me suis mis à la recherche d’option externe à mon organisation, qui me serait immédiatement utile et qui serait reconnue par cette dernière. Le programme de maitrise en administration publique de l’ENAP (orientation pour gestionnaire) s’est rapidement présenté comme une évidence lors de consultation de collègues gestionnaires. Selon, ces derniers, les connaissances acquises dans ce programme étaient directement applicables dans notre organisation et élargissait notre vision de gestion. Mon passage à l’ENAP m’a aussi permis de confirmer ce constat et voici les principaux éléments que j’ai retenus de mon cursus universitaire :
L’ENAP offre une grande diversité de cours dans chacun de ces programmes et il nous est donc possible de personnaliser notre propre maitrise et de l’orienter vers les cours et principes qui nous seront le plus utiles, selon notre culture organisationnelle et aussi les orientations d’avenir que cette dernière prend actuellement. Certains cours permettent donc de mieux comprendre des grandes orientations organisationnelles en y voyant les principes théoriques derrière ces derniers. Dans mon cas, les cours sur la révision des structures organisationnelles, du changement des processus opérationnels et de la gestion de projets, m’ont été particulièrement utiles dans les mois qui ont suivi ma réussite de ces cours. La connaissance des principes tels que ceux du lean management, du Kaisen ou du Sig sigma sont des éléments qui devraient être connu par l’ensemble des gestionnaires de l’administration publique, selon moi. Certains cours m’ont paru, de prime à bord, avoir une charge de travail gigantesque, mais avec du recul, cela m’a permis de développer des compétences et des connaissances me permettant maintenant de superviser du personnel, à qui j’assigne des tâches très similaires à celles qui me furent assignées en classe.
L’ENAP offre aussi plusieurs cours pour mieux se connaitre comme gestionnaire et permet de passer certains tests de personnalités et psychométriques. Ces cours me furent particulièrement utiles pour confirmer les éléments forts de ma gestion, sur lesquels je pouvais immédiatement m’appuyer, mais cela m’a surtout de découvrir les éléments sur lesquelles je devais travailler. Ces cours m’ont donc outillé pour devenir un meilleur gestionnaire et je crois qu’ils devraient être suivis en début de programme pour tout étudiant à la maitrise ou au DESS et qui est où aspire à gérer du personnel dans l’administration publique.
Si c’était à refaire, je ferais tout exactement de la même manière, car j’ai vraiment apprécié mon passage à l’Enap. Je crois que le geste le plus important que j’ai posé le fut au début de ma maitrise, où j’ai identifié les cours qui me seraient le plus utiles, avec l’assistance de collègues gestionnaire, et je m’en suis tenu à ces cours, et non pas à ceux qui arrangeaient le mieux mon horaire du moment.
Eric Bédard, MAP (d'ici 2 mois)

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel