Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prendre posture

Les raisons qui mènent à l'engagement, quel qu'il soit, n'ont souvent de valeur que pour l'engagé en tant que tel. Personnellement, mes motivations ayant mené il y a plus de dix ans à mon inscription à l'ENAP étaient initialement basées sur une volonté de démontrer à mes enfants l'importance du savoir, un espoir de leur transmettre le goût continue de la découverte et du développement personnel ainsi que prouver que la capacité de réussir est en chacun de nous. Égoïstement aussi il y avait un sentiment d'imposture continuelle reposant sur une formation en counseling alors que mes collègues étaient eux des VRAIS gestionnaires... Bref, j'avais la raison et le luxe de pouvoir me consacrer à ce défi qui allait durer dix ans et j'ai sauter...

Au fil des cours, des apprentissages et surtout des rencontres, j'ai découvert la richesse du savoir de mes collègues aussi stimulants qu'hétéroclites. J'ai été souvent apprenant, parfois enseignant. J'ai certes beaucoup parlé mais assurément mille fois plus écouté. Je ne me suis pas construit à titre de gestionnaire puisque force me fût d'admettre que mes fondations étaient aussi présentes que solides. Par contre, je me suis rénové, peaufiné, amélioré et certainement accepté dans mes limites et imperfections professionnelles qui semblent aussi résistantes que constituantes de mon identité de gestionnaire .
Des cours que j'ai pris à reculons comme ceux dévorés dès la sélection j'ai su tirer profits. Parfois consciemment et dans l'immédiat, parfois en pleine surprise et sans y réfléchir.

D'un autre point de vue, à titre de citoyen, j'ai aussi constaté que l'ENAP est unique en soit, je suis persuadé que la pertinence des enseignements pour un fonctionnaire ne se retrouve nul part ailleurs. Peu de gouvernements mondialement permettent et encore moins ne financent une structure qui vise à perfectionner ses employés actuels et futurs certes, mais aussi qui les outillent à questionner, évaluer et parfois même critiquer les modes de fonctionnement et les choix sociaux. Ne serait-ce qu'à cet égard, elle est effectivement prestigieuse notre ENAP et je suis personnellement extrêmement fier à l'aube d'être l'un de ses diplômés.


Sébastien Turgeon

Les commentaires sont fermés.