Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POST PORTEM D'UNE TEMPÊTE SANS PRÉCÉDENT: LE PREMIER MINISTRE DEMANDE PARDON

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POST PORTEM D’UNE TEMPÊTE SANS PRÉCÉDENT : LE PREMIER MINISTRE DEMANDE PARDON

Montréal, le 15 mars 2017. – En réponse aux difficultés majeures de communication et de coordination qui sont survenues lors de la tempête du 14 mars, le Cabinet du Premier ministre tient au aujourd’hui à présenter ses excuses les plus sincères aux gens qui se trouvaient sur l’autoroute 13 – ainsi qu’à leurs familles et aux proches de ces derniers.

« Je veux, au nom du gouvernement et en mon nom, présenter mes excuses aux gens qui ont été insécurisés, blessés, aux familles des victimes ».
- Philippe Couillard, Premier ministre du Québec

« Hier, j’ai exprimé mon mécontentement. Je suis plus mécontent ce matin parce que je vois des évidences de cafouillage majeur, que ce soit sur le nombre d’appels du corps de police aux transports ou la liaison entre les transports aux autorités municipales. Les questions augmentent ou s’accumulent plutôt que de diminuer ».
- Philippe Couillard, Premier ministre du Québec

Un problème de communication et de concertation entre les différents acteurs impliqués sur le terrain, ainsi qu’au gouvernement même, serait au cœur du débat entourant l’origine du « cafouillage ».

« Je pense que la circulation de l’information a été manquante, poursuit M. Coiteux. Je ne suis pas satisfait, mais j’ai absolument l’intention [de demander] que toute la lumière soit faite là-dessus. »
- Martin Coiteux, ministre de la Sécurité civile du Québec

Rappelons ici les faits qui ont mené au « cafouillage » de l’autoroute 13. En date du 14 mars, la ville de Montréal s’est vue ensevelit par l’une des pires tempêtes de neige que le Québec a connu depuis 1961. En conséquences, et considérant le manque de communication entre les différents paliers de gouvernance, 300 personnes sont restées coincées dans leurs véhicules en attendant l’arrivée des secours – secours qui ont tardé à se manifester. Ajoutons que certaines personnes sont demeurés captives de leur véhicule pendant près de 13 heures. Les secours ont finalement donné signe de vie aux petites heures du matin.


Source : Lavinia Létourneau-Ross, relationniste de presse, Cabinet du Premier Ministre, 835 Boulevard René-Lévesque E 3e étage, Ville de Québec, QC G1A 1B4.

Commentaires

  • Voilà un sujet "brulant" qui se prête bien à une analyse de communication !

Écrire un commentaire

Optionnel