Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les étudiants refusent la médecine familiale

Le Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), qui est responsable d’assigner les étudiants gradués en médecine à la résidence où ils souhaitent poursuivre leur formation, révélait dans un rapport rendu public le 2 mars 2017 que 85 postes de médecine familiale ont été laissés vacants au Québec au premier tour. Seulement 10 postes demeurent pourtant vacants dans l’ensemble des autres spécialités médicales.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) explique cette réticence des étudiants en médecine à mener leur internat en médecine familiale par les mesures coercitives prévues par la loi 20, qui a fixé à 85 % le nombre de Québécois devant avoir accès à un médecin de famille d’ici à 2018. Les résultats du deuxième tour de jumelage seront annoncés le 12 avril prochain, moment auquel nous saurons combien des 85 postes demeureront définitivement vacants.

sana kaabachi
sana.kaabachi@enap.ca
438.990.2389

Commentaires

  • Une chicane de riches avec les plus riches... qu'eux ?

Écrire un commentaire

Optionnel