Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La diaspora roumaine en colère

Le surtitre: Le gouvernement roumain adopte un décret d’urgence pour assouplir le code pénal
Titre : La diaspora roumaine en colère


Montréal 3 Février 2017 – Plus de cinquante citoyens roumains se sont mobilisées aujourd’hui devant le consulat roumain à Montréal pour contester à leur tour l’assouplissement de la législation anticorruption. Des manifestations semblables ont eu lieu un peu partout dans le monde et visent à dénoncer l’adoption à la vas vite par le gouvernement roumain d’un décret d’urgence qui touche près de 2500 détenus, dépénalise plusieurs infractions et rend l'abus de pouvoir passible de peines de prison uniquement s'il provoque un préjudice supérieur à 44 000 euros. Plusieurs manifestants se sont rendus sur place avec des affiches mentionnant « résiste », « la corruption tue », « démocratie, intégrité, pas d’immunité » et criant « PSD, peste rouge ». En Roumanie plus de 250 000 roumains ont manifesté chaque jour à travers le pays contre l’adoption du décret. Les ambassades des États-Unis, du Canada, d'Allemagne, de France, des Pays-Bas et de la Belgique ont exprimé leur inquiétude.

Le 11 Décembre 2016 ont eu lieu des élections législatives en Roumanie. Lors de ceux-ci le PSD (Parti Social-Démocrate), très populaire en zone rurale, a recueillis pas moins de 45% des suffrages et avec l’ALDE (l’Aliance des Liberaux et des Democrates) 6%, il a créé la majorité au sein du parlement. La campagne électorale s’est déroulée sous plusieurs thèmes dont celui de la justice pour contrer les abus de la DNA (Direction Nationale Anticorruption). Depuis, la coalition majoritaire a formé un gouvernement non sans une certaine difficulté, car le président Klauss Johaniss a déclaré lors des journées de campagne qu’il ne proposera pas au poste de premier-ministre des personnes ayant été condamnés pour des actes de corruption. Le décret d’urgence du gouvernement d’assouplir le code pénal a pour but de rendre ce dernier conforme aux exigences européennes. Tel quel toutefois, il légalise la corruption, un problème avec lequel le pays se confronte depuis 27 ans.

-30-


Source : Tonio G U
Courriel : tonio@hec.ca
Téléphone : (514) 323 00 90





Commentaires

  • Partout la lutte à la corruption se dénonce...ici à Montréal comme ailleurs !

Écrire un commentaire

Optionnel